Le Service de Sécurité Intérieure

1/ Généralités

Créé en 1986, le Service de Coopération Technique International de Police (SCTIP) a fait place, le 1er septembre 2010, au Service de Sécurité Intérieure (SSI) de Moroni, suite à la création de la Direction de la Coopération Internationale (DCI), première direction commune de la police et de la gendarmerie nationales françaises.

Ce service est composée d’un Attaché de Sécurité Intérieure (ASI), le colonel de gendarmerie François MÜLLER, d’un assistant technique, Conseiller Sûreté Immigration (CSI), le commandant de police Patrick VALAYER, et d’une secrétaire. L’affectation d’un fonctionnaire de police en poste à Anjouan en qualité d’Officier de Liaison Immigration (OLI), initialement programmée pour 2010, reste pour l’instant en suspens faute d’agrément des autorités comoriennes.

S’il n’existe aucun accord bilatéral de coopération technique de police ni de convention bilatérale d’entraide judiciaire, un accord rénové instituant un partenariat de défense a été signé à Paris, le 27 septembre 2010, et concerne en particulier la gendarmerie comorienne, force de police à statut militaire.

2/ Missions du Service de Sécurité Intérieure

L’Attaché de Sécurité Intérieure est le conseiller de l’Ambassadeur pour toutes les questions relatives à la sécurité intérieure. Il anime et coordonne, avec son assistant technique la coopération bilatérale de police.

Le SSI peut apporter son expertise et son concours aux autorités comoriennes de police et de gendarmerie ainsi qu’aux autorités chargées de la sûreté aéroportuaire. Il est également responsable des actions de coopération en matière de sécurité civile au profit du Centre des Opérations de Secours et de Protection Civile (COSEP).

3/ Etat de la coopération bilatérale

La coopération opérationnelle :

Les relations opérationnelles entre le SSI de Moroni et les autorités policières locales s’articulent essentiellement autour des thèmes liés aux phénomènes migratoires, aux luttes contre les trafics de stupéfiants, le terrorisme et la fraude documentaire. Elles se traduisent concrètement par des échanges d’informations entre les services d’enquêtes français et comoriens. Enfin, le SSI facilite les demandes d’assistance dans le cadre de commissions rogatoires internationales.

A l’occasion du crash du vol Yéménia IY 626, survenu dans la nuit du 29 au 30 juin 2009, la coopération entre le SSI et ses différents partenaires s’est exprimée pleinement. L’ASI a été intégré immédiatement au sein de la structure opérationnelle comorienne chargée de la direction des secours. Il a contribué à faciliter la coordination des moyens français mis en œuvre au profit des Comores. L’assistance française a été fortement appréciée, tant durant la phase opérationnelle de secours que durant la recherche et l’identification des corps ou de l’enquête judiciaire. L’intérêt d’une coopération en matière de sécurité civile est alors apparue pertinente.

La coopération technique :

La coopération technique a pu être relancée en 2008 après une période de quasi gel en raison de la crise opposant l’Union aux îles autonomes sur la question du partage des compétences en matière de sécurité intérieure. Depuis 2009, les actions sont menées essentiellement dans les domaines de la police judiciaire, de la lutte contre l’immigration irrégulière et la fraude documentaire et du maintien de l’ordre. Le SSI a, par ailleurs, mis en place un programme de formation continue en sûreté aéroportuaire.

En 2011, 9 actions sont prévues dans les mêmes domaines. A noter que l’union des Comores a envoyé trois gendarmes recevoir une formation en police judiciaire, qui leur permettra d’intégrer une mission de maintien de la paix conduite sous l’égide de l’ONU ou de l’UA.

Les Comores participent également à un projet de formation ambitieux, s’étendant sur 3 ans organisé dans le cadre du Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) ASACA. Ce projet vise à renforcer les capacités en matière de sûreté de l’aviation de l’Union des Comores.

Un financement du Fonds de Coopération Régionale a permis en 2010 d’initier une action prometteuse dans le domaine de la sécurité civile, en formant à Moroni, des sapeurs pompiers comoriens par des experts venus du Service d’Incendie et de Secours (SIS) de Mayotte. Cette action sera reconduite en 2011.

Plusieurs autres pistes innovantes de coopération sont également envisagées : la mobilisation contre la piraterie maritime, la lutte contre les trafics transfrontaliers et le secours en mer imposent en effet de développer les capacités de surveillance et d’intervention maritime des Comores. Une assistance technique et des formations pourraient se mettre en place au travers d’une coopération régionale.

Quelques liens utiles :

Gendarmerie :
- http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr
- http://www.defense.gouv.fr/gendarmerie

Police :
- http://www.interieur.gouv.fr

Dernière modification : 30/05/2011

Haut de page